Passer des actes, au symbole.

L’exemple de Greta Thunberg.

« Et pourquoi au juste est-ce que je devrais étudier pour un avenir qui pourrait bientôt ne plus exister parce que personne ne fait rien pour le sauver ? »

En un an, cette jeune dame est passée d’une étudiante en grève à une des activistes pacifistes les plus connues de la planète.

Comment ? Pourquoi ? Est-ce un symbole ?

Lorsque j’écoute ses discours, lis ses textes et regardent ses photos, je vois une constance, un style, une direction.

Une innocence qui n’a pas d’attente. Il n’y a pas d’ambiguïté dans ce qu’elle écrit.

C’est clair, c’est direct. Et c’est aligné, au sens cohérent. Son mode d’action est aligné avec ses mots, qui sont alignés avec son apparence extérieure. Elle exprime haut et fort, sans filtre, sa personnalité et ce qui la touche au plus haut point.

 

Est-ce un symbole pour autant ? Pas encore à mon sens. Elle est encore majoritairement dans la revendication. Dans la lutte. Lorsqu’elle identifiera « la source » de son activité, et tournera ça en création vertueuse et positive. Alors je parie sur un message qui aura une portée planétaire et dépassera sa simple humanité pour rester dans l’Histoire.

Affaire à suivre